fbpx

Plébiscités comme une solution miracle pour perdre du poids rapidement, les régimes amaigrissants se déclinent à l’infini… pour une efficacité pour le moins douteuse.

Surpoids, obésité : maigrir pour mieux vivre ?

Le surpoids et l’obésité sont en train de devenir des problèmes de santé publique, nécessitant une prise en charge et un suivi médical adapté. Le culte du corps parfait, tel que véhiculé par les milieux de la mode notamment, a fait que la quête de la minceur tourne à l’obsession. Ainsi, de plus en plus de personnes s’orientent vers des régimes alimentaires drastiques pour des motifs purement esthétiques, quitte à mettre en péril leur santé. Les statistiques montrent que 60% des femmes qui suivent un régime affichent un poids normal et, médicalement parlant, n’ont aucune raison de maigrir.

  Les risques des régimes amincissants

Plusieurs études scientifiques ont montré que les régimes amincissants étaient dangereux pour la santé. Qu’il s’agisse d’un régime restrictif ou d’un régime hyperprotéiné, ces cures alimentaires entraînent souvent un déséquilibre nutritionnel et des complications psychologiques.

Régimes alimentaires restrictifs : Résultats mitigés à long terme

Il y a d’abord l’effet yoyo qui se manifeste chez au moins 80% des sujets ayant suivi un régime amaigrissant : passée l’euphorie des premières semaines, ceux-ci commencent à reprendre du poids et peuvent même gagner quelques kilos de plus par rapport à leur poids initial. La plupart des régimes amaigrissants engendrent des carences alimentaires et nutritionnelles qui affectent l’organisme, provoquant des complications plus ou moins sévères :

 

  • Dégradation de la masse osseuse avec risque accru de fracture
  • Risque de développer un calcul biliaire ou un cancer colorectal
  • Problèmes cardiaques et troubles digestifs
  • Troubles du système hormonal
  • Affaiblissement, fatigue chronique et perte de tonus musculaire
  • Risque d’anémieet d’insuffisance rénale

L’impact psychologique négatif des régimes hypocaloriques

Au-delà de leurs effets pernicieux sur la santé physique, les régimes amincissants ont des conséquences désastreuses sur l’équilibre psychologique. Synonyme d’échec, l’effet yoyo s’avère difficile à vivre. Il est susceptible de provoquer des épisodes dépressifs et une perte d’estime de soi. De plus, des troubles du comportement alimentaire tels que la boulimie, l’anorexie ou le binge eating peuvent apparaître. Par ailleurs, le régime peut être un facteur d’isolement social : Une femme sur cinq admet qu’elle limite ses relations sociales et évite les repas de famille ou entre amis, pour ne pas céder aux tentations gourmandes.

 Peut-on affiner son corps sans passer par un régime amaigrissant ?

Pour maigrir sans passer par un régime, il existe des alternatives chirurgicales. Cependant, celles-ci ne doivent être considérées que lorsque l’alimentation équilibrée et le sport restent inefficaces.

  Remodeler sa silhouette grâce à la liposuccion

Il s’agit de l’opération de chirurgie esthétique la plus pratiquée au monde. Elle vise à éliminer les excédents de graisse qui s’accumulent dans certaines parties du corps. Pour affiner leur silhouette, plusieurs patients choisissent ainsi la liposuccion ventre pour aspirer la graisse abdominale. L’intervention est très efficace et ses résultats sont définitifs sur la zone opérée. Néanmoins, il faudra surveiller son alimentation et adopter une bonne hygiène de vie, au risque de voir les graisses s’accumuler au niveau des zones non traitées.

  Chirurgie bariatrique : pour un traitement radical de l’obésité grave

La chirurgie bariatrique est indiquée pour les personnes souffrant d’obésité morbide ou d’obésité sévère associée à des complications pathologiques (diabète, hypertension artérielle…). Elle regroupe différents types d’opérations qui agissent sur le système digestif et modifient l’ingestion et l’absorption des aliments. La personne opérée pourra obtenir des résultats spectaculaires en termes d’amaigrissement mais nécessitera un suivi médical et psychologique à vie.

 

 

Comments are closed.